Qui est NXL ?  D’ vient sa passion pour la musique et que pourrons-nous attendre de lui samedi soir lors de son set à la soirée GPF qui se déroulera à L’Octave ? Découvrez les réponses dans l’interview ci-dessous et écouter son promo mix fait pour l’occasion !

Qu’est-ce qui a amené ta tendance a aprecié la hard musique et notemment le raw ?
Quel as été ton parcours musical jusqu’à aujourd’hui ?
Tout a commencé avec du piano classique puis un mélange de musique électronique et de heavy metal à la fin des années 80. J’ai tout de suite été fasciné par ce qu’on pouvait créer comme émotions via la musique avec un ‘ordinateur’.
On dira que tout naturellement, j’ai ensuite été attiré et par la trance (mais hard plutôt) et le hardcore dans les années 90 puis tout ceci s’est gentiment éteint en tout cas en Suisse au début des années 2000.

C’est finalement bien tombé comme ça j’ai pu me poser, mettre en route la famille puis il y a environ 5 ans en tombant sur les nouvelles productions d’artistes que je connaissais comme DJ Isaac, Brennan Heart, DJ Thera … j’ai vite replongé et très vite avec cette préférence pour la partie un peu plus ‘Hard’ du style.

Quel est le, ou les artistes que tu apprécies par-dessus tout et pourquoi ?
Alors là comme ça un gros top 5 pour Digital Punk, Deetox, Rebellion, Krowdexx et Kronos. Il y a un mélange de bon kicks, de leads et de screeches qui font que simplement ça amène des émotions directement … avec eux pas de surprises !

Dans un registre un peu plus ‘compositeur’, je suis souvent sans voix sur les productions de ‘Myst’.

Après au niveau plus ‘DJ Set’, j’apprécie toujours des artistes comme B-Front, Radical, Artifact, Malice notamment et dans un style plus old school TNT !!
Sinon j’adore en ce moment ce qui sort sous les labels, Rough Recruit, Theracord Labs ou encore les Rookie EP chez End of Line … de la nouveauté qui fait du bien et d’une qualité incroyable.

Et pour ce qui est des DJ en Suisse, un spécial pour Opsyde, je trouve impressionnant sa connaissance du Hardstyle et sa capacité à créer la bonne ambiance au bon moment … et bien sûr toi (Paramind) (voir aussi plus bas) notamment le set que tu as produit au ‘Before du End‘ … passant de la Hard Techno au Raw en une petite heure … un bon souvenir.

As-tu des projets, des rêves ou des objectifs ?
Qui n’en a pas 🙂 ?
Les objectifs restent finalement assez simples, pouvoir continuer à faire plaisir et me faire plaisir lors de soirées et voir la scène Suisse et Suisse romande fournir des événements de qualités et reconnus.

Et du côté des objectifs, un jour produire une track qui serait publiée … et pouvoir dire, je l’ai fait et j’en suis fier … on va se mettre là-dessus en 2020 !

Voilà, je suis à une partie de ma vie ou tout ce qui vient est du plaisir et ce qui ne vient pas … c’est pas là dessus qu’il faut perdre son temps !

Quant au rêve ultime, je me dis qu’un jour pouvoir faire ‘sa’ soirée …. Mixer en continu pendant plusieurs heures seul ou avec d’autres … ça doit être sympa … mais il faudrait que ça le soit aussi pour ceux qui viennent … évidemment 😊

Pourquoi NXL ? D’ou viens ce nom et qu’est-ce que cela veux dire ?
Et si ça ne voulait simplement rien dire 🙂 . …. bon c’est un peu tordu … je me lance …

Je ‘tournais’ à l’époque sous le nom de NSL (qui était une abréviation de ‘No Speed Limit’ lié à la Hard Trance) et quand je m’y suis remis … en lisant un article humoristique sur le Hardstyle ça parlait de mettre des X et des Z dans le nom alors voilà …

Et cerise sur le gâteau … selon comment on le prononce on tombe sur un mot anglais qui finalement résume assez bien le rôle d’un DJ dans le RAW !! (je vous laisse chercher …)

Lors de ton dernier set sur Back2Noize l’on a pu entendre, un edit “Halloween”. Est-ce que cela veut dire que tu  prod ? Si oui, peux-tu nous dire ou tu en es a ce niveau là ?
J’ai eu la chance durant mes études d’ingénieurs de pouvoir suivre un cours ‘Audio Engineering’ donné par une sommité à l’époque, non moins que M. Mario Rossi (RIP) qui avait notamment fait l’acoustique du Stravinski à Montreux. En découvrant la physique derrière le son j’ai très (trop) vite penché vers le sound design.

Je peux passer des heures à jouer avec un plugin pour voir quel son on peut en sortir .
Maintenant mettre ensemble ces sons et des petits arrangements pour en faire quelque chose qui pourrait se partager, c’est encore un peu tôt … ceux qui fouillent trouveront peut être un remix Hardstyle d’un hit Lausannois sur le soundcloud … mais sans prétention.

Par contre des petits Edit qui se calent durant un mix … c’est réalisable … les gens n’ont pas trop le temps de le ré-écouter pour voir ce qui ne va pas 🙂

Peux-tu compléter ce qui suit comme bon te semble ? 🙂
Le Raw en Suisse il a son public, peut être aussi que c’est parce qu’il est à la mode.
Il sera intéressant de voir comment ceci évolue dans les prochains mois, si le style devient plus ‘mainstream’ ou au contraire moins et voir comment les fans actuels suivront ou passeront à la tendance suivante … c’est volatil en Suisse.
Après pour évoluer, je pense sincèrement que de la production Raw devrait sortir aussi pour marquer une identité. Quand je vois les italiens comme Kronos, Malice, Sickmode, Rooler ou encore Krowdexx … là il y a une vraie signature et une identité … mais l’Italie sait faire ça depuis presque 30 ans !

L’on pourra te retrouver le 30 novembre prochain à l’Octave ou l’on retrouvera notamment GPF. Pourrais-tu décrire a quoi pourra s’attendre le public avec ton set ?
C’est un set d’intro alors c’est toujours un peu plus challenging car il s’agit finalement d’accueillir le public de la meilleure des façons.

Ca sera évidemment assez vite dans le Raw vu le thème de la soirée, mais pas trop violent (quoique) car il faut aussi ensuite permettre à l’adrénaline de monter tout le long de la soirée.

A voir selon la réaction du public (et du nombre … donc venez tôt !! ) mais pourquoi pas un début jouant avec les bases à l’origine du Hardstyle puis assez vite du bon Raw voir X-Raw sur la fin avec 2-3 jolie phases de type ‘rollercoaster’ pour mettre tout le monde à niveau très vite :-).
Et si j’ai le temps d’ici là .. 1-2 edit spéciaux … suspense !!

Tu es plutôt kick ou longue mélodie ?
Une belle mélodie qui monte et qui se terminer sur de magnifiques kicks … ce que j’ai nommé #Rawlody !

Il ne faut pas le cacher, le Raw (du Hardstyle) c’est un style de musique extrêmement énergique au niveau sonore et donc finalement du volume d’air déplacé.

J’aime bien cette petite illustration dessous qui montre différents ‘kicks’ selon les styles. Il n’y a pas photo sur l’effet physique que les kicks Hardstyle ont par rapport aux autres styles, c’est finalement aussi ce qui explique l’énergie transmise en soirée

Et bien sûr, cette rythmique parfois empruntée du métal sur les triolets qui crée ce fameux déséquilibre combiné à la ‘Reverse’ de fin de kick qui donne envie d’avancer … finalement c’est assez simple 🙂

Kick

Tu es récemment entré chez Back2Noize Radio, comment as-tu connu cette radio, et de qu’elle manière y est-tu impliqués aujourd’hui ?
J’ai découvert B2N par un mélange d’apparitions de liens sur les réseaux sociaux (comme quoi la ‘pub’ ciblée ça peut être utile :-)), les affiches de la soirée des 10 ans de Theracords en 2018 et celle de Caine (attention alerte coïncidence 🙂 et les podcasts notamment ‘The Millenium’ et ‘The Raw Machine’ que je suivais au début sans vraiment savoir que c’était lié à la radio.

J’ai un peu plus suivi ce qui s’y passait, regardé les émissions. Comme en parallèle j’avais mes podcasts sur mixcloud (soundcloud maintenant https://soundcloud.com/nxl-hardstyle), c’est de là que j’ai été contacté pour l’émission de noël.

J’ai découvert des gens passionnés, venant de tout les styles et qui se bougent pour que les événements soient de qualités.

Je reste avec un petit rôle compatible avec la vie de famille mais je fais un peu de logistique pour s’assurer que tout se passe bien autour des podcasts, parfois des coups de mains pour les questions pour les interviews artistes et diverses petites choses.

Il faut bien se rendre compte que tout ce qui tourne autour de la scène en Suisse Romande n’arrive pas par magie, il y a du travail, du temps à passer et que tout le monde peut bien sûr amener sa petite pierre.

La qualité ça a un prix et une mauvaise soirée peut vite remettre à zéro tous les efforts !!

Merci à NXL d’avoir participé à l’interview ! Ne le manquez pas samedi soir dès l’ouverture de l’Octave.