Ce mois-ci c’est Rawleen qui a mixé l’épisode 025 du podcast The Raw Machine. Pour en apprendre un peu plus a son sujet, voici une petite interview.

Comment définirais-tu le raw et pourquoi tu aimes cette musique ?
J’aime autant le raw dégueulasse, partant plus sur le dark que le plus happy type “rawphoric”. Pour moi, le truc le plus important c’est le kick. J’aime quand cela me transperce, me fait vibrer ma cage thoracique, avoir la chair de poule. La mélodie est importante aussi mais pas toujours obligatoire

Quel est le, ou les artistes que tu apprécies par-dessus tout et pourquoi ?
Thera, B-Front, Crypsis pour leurs mélodies et kicks. RVAGE pour sa tendance “HS/Raw”, on sait jamais dans quelle case le mettre et j’adore ! Mind Dimension pour le lâcher prise et le klaplongen.
Il y en a tellement d’autres, je ne peux pas choisir un en particulier.

Des projets, envies futures, rêves ou des objectifs ?
En premier lieu, je ne voulais même pas mixer en public… “Well.. that escalated quickly”.
L’objectif: pouvoir mixer n’importe quoi sans préparer, quelques entrainements sont nécessaires. Pouvoir me diversifier dans les genres et peut-être me trouver un autre nom “hors hardstyle”. J’ai quelque chose derrière la tête et peut-être qu’avec les sonorités de ce set, les gens comprendront.

Comment as-tu choisi les musiques pour l’épisode 025 du podcast ?
Toutes les tracks que j’aime actuellement y sont, du mélodique à…. pas de mélodie en crescendo.

“Klaplong” qu’est-ce que c’est ? Pourrais-tu nous expliquer et nous décrire comment ça se pratique ?
Je crois qu’à la base ça veut dire “pneumothorax”… mais pour nous, c’est plutôt un lâcher prise et une danse venant tout droit de l’imagination de Thera & Co. J’ai passé quelques heures à essayer de comprendre, ça m’est d’un coup tombé dessus et je n’aime pas voir quelqu’un faire faux. Faire faux est une chose, se la peter de faire du klaplongen, c’en est une autre ! Je peux volontiers faire des cours…HAHA.

Tu te balances, tu lèves les pieds, tu fais comme un petit “double saut”, tu rames avec tes bras. Voilà la description, tu as 1 heure. Le levage de jambe sans petit saut est acceptable mais n’est pas suffisant.

Peux-tu compléter ce qui suit comme bon te semble ? (Le Raw en Suisse…)
Le Raw en Suisse... est commercial. Mais tant pis, j’aime ça quand même.
Trop petit mais à la fois si grandissant. Peu de place pour les DJ “dark” et moins connus (mais cela rejoint les difficultés de la scène Hardstyle complète ici).

L’ont pourra te retrouver le 28 décembre prochain à l’Octave pour la soirée de Minus Militia “The Code of Conduct”. Te réjouis-tu ? Que représente pour toi Minus Militia ?Oh que oui je me réjouis. Cela va être dur de mettre aucune track de RR ou Crypsis dans le set. J’adore Minus Militia avant et maintenant. Il y a eu quelques tracks presque faites à la va-vite on dirait, on pouvait presque s’embêter. Ils ont su rebondir… Sauf le porte-drapeau… lui on cherche toujours sa réelle fonction dans le quatuor.

Avec ou sans Kickroll ?
Je ne suis pas contre les Kickroll, mais pas tout le long. On dirait que les gens ont oublié qu’ils avaient des jambes.

De quelle manière es-tu impliquée dans la hard musique en Suisse ?
Trop impliquée ? Je fais énormément de soirées, aussi avec Hardice. On essaie de proposer des choses nouvelles et classiques à la fois suivant l’endroit. Je ne me vois pas faire autre chose, c’est une passion.

Questions events tu es plutôt Defqon 1 ou Decibel ?
Decibel ! Moins ou pas d’américains… ambiance complètement différente pour avoir fait les deux.

Supremacy ou Qapital ?
Trop dur de choisir… Qapital et sa scène mouvante, Supremacy et ses shows… nah je peux pas choisir.

Merci à Rawleen pour l’interview et sa participation au podcast The Raw Machine.

Ecoutez l’épisode 025 sur soundcloud